Et oui, il y a 10 jours, munie d'un petit tube de colle textile, j'ai ajouté la dernière touche à cette oeuvre.
Finalement, pour ne pas perdre trop de gonflant, je n'ai pas fait un matelassage traditionnel. J'avais lu dans un livre de patchwork qu'on pouvait se contenter de fixer le patchwork avec un noeud à chaque intersection.
C'est ce que j'ai fait, et pour l'instant je ne le regrette pas. Déjà c'est moins long.... (quelques dizaines d'heures de travail en moins) et puis ça garde vraiment le côté moelleux de la grosse ouatine.

D'ailleurs l'heureuse propriétaire adore se rouler dedans comme on le voit bien :

fini1

fini2

fini3

fini4

Mais elle aime aussi s'allonger dessus, et pointer chaque carré en demandant "et qui a fait celui-là?"

A chaque fois je lui réponds, et si possible je lui raconte l'anecdote qui va avec !

fini5

Un grand merci à tous les copains-copines, (beaux-)frères, (belles-)soeurs, nevièces, grands-parents, oncles et tantes, voisin(e)s et couturières qui se sont prêtés au jeu ! C'était vraiment une bien belle façon de souhaiter la bienvenue à Louise, et je garde précieusement tous les petits messages qui allaient avec pour lui offrir un jour. (quand elle saura lire... ou quand elle aura eu son bac ou son prix nobel...)